Lettre du Gouverneur - Juillet 2019

Vidéo réalisée gracieusement avec les moyens techniques de l'entreprise CHEERS - Toulouse

Le dossier du mois : Les quatre priorités du nouveau plan stratégique

Si vous avez participé à la Convention à Hambourg vous avez certainement visité le stand "L'avenir du Rotary" et découvert les quatre priorités de notre stratégie : Augmenter notre impact, Étendre notre portée, Améliorer l'implication des participants, Améliorer notre capacité d'adaptation. La Lettre du Gouverneur vous propose de les découvrir ou de les redécouvrir ensemble...

Lire la suite...

Plein feux sur les membres potentiels

Chaque année, le Rotary mène une enquête sur l'expérience que vivent les membres dans leur club afin de cerner leurs besoins, leurs intérêts et leur engagement… Ce sondage permet de recueillir des informations à tous les niveaux, du prospect aux membres démissionnaires en passant bien sûr par les membres actifs. La lettre du Gouverneur consacrera trois articles à l'analyse des résultats et ce premier article souligne les résultats clés de l’enquête concernant les membres potentiels...

Lire la suite...

Pourquoi le dernier effort est si important dans l'éradication de la Polio

Les cas de poliomyélite causés par le poliovirus sauvage ont augmenté en 2018. Devrions-nous nous décourager ? Dans un entretien avec le magazine 'The Rotarian", Michael K. McGovern, président de la commission PolioPlus internationale, explique pourquoi nous devons rester optimistes et ce que les Rotariens peuvent faire pour aider notre organisation à atteindre l'objectif d'un monde sans polio...

Lire la suite...

Le président 2018/2019 du Rotary, Barry Rassin, remercie les Rotaractiens

Dans un article du Rotary Voices (en anglais) paru le 27 juin dernier, Barry Rassin décrit son année à la présidence du Rotary 2018-2019 et son défi adressé aux rotariens de doubler le nombre de clubs Rotaract. Il a voyagé dans plus de 55 pays, rencontré de nombreux rotaractiens et il ne manque pas de les remercier pour leur inspiration et leur motivation et dans ses discours, à Hambourg, il sera tout aussi élogieux à leur égard…

Lire la suite...

Agir au-delà des frontières

Jean-Marc Martinez est rotarien dans le Club de Toulouse, son épouse, Sophie, a été Past-Présidente du Club de Toulouse Cent, et ces deux toulousains se sont passionnés pour le Burkina Faso. Il y a sept ans, à l'occasion d'un voyage dans la région de Tiébélé, ils ont décidé de s'engager dans la création d'un collège qui, aujourd'hui, est devenu le Lycée privé "L'Excellence" de Tiébélé... Jean-Marc nous parle de cet engagement rotarien au-delà des frontières…

Lire la suite...

Pourquoi le dernier effort est si important dans l'éradication de la Polio

1. Il y a eu plus de cas de poliovirus sauvage en 2018 qu'en 2017. Devrions-nous baisser les bras ?

Non, pas du tout. Nous avons toujours su que le nombre de cas fluctuerait un peu à mesure que nous nous rapprochions du but. Nous avons passé quatre années consécutives avec moins de 100 cas par an. C'est un indicateur de grands progrès. Grâce au dévouement des gouvernements et des Rotariens des régions encore touchées par la polio, nous y parviendrons.    

2. Pourquoi est-il si difficile d'éradiquer une maladie comme la poliomyélite ?

N'oublions pas que même aux États-Unis où le vaccin antipoliomyélitique était facilement accessible, il a quand même fallu 20 ans pour se débarrasser de la maladie. Et les domaines dans lesquels nous travaillons actuellement n'ont pas de systèmes de santé aussi bien développés qu'aux États-Unis. 

3. Quels défis identifiez-vous ?

Nous travaillons activement dans les pays d'endémie (Afghanistan, Nigéria, Pakistan) depuis plusieurs années et certains citoyens de ces pays s'inquiètent du fait que nous dépensons de l'argent pour éradiquer la polio alors qu'ils ont d'autres besoins plus urgents. Il y a une certaine résistance à continuer à se faire vacciner contre la polio. Notre défi consiste à trouver des moyens d'offrir d'autres services aux citoyens et aux enfants pour que nous ayons toujours le soutien parental dont nous avons besoin - pour démontrer le « plus » de PolioPlus.

4. Quel est le rôle des conflits armés dans ces zones ?

Cela rend la logistique de la vaccination beaucoup plus difficile. Le partenariat de l'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite ne s'adresse pas seulement aux gouvernements - nous nous occupons également des éléments antigouvernementaux. Bien que nous ayons travaillé pour gagner la confiance et l'appui de tous, nous avons eu affaire à des régions inaccessibles aux équipes de vaccination pendant des mois, voire des années.

5. Les équipes de vaccination savent-elles quand des enfants passent au travers des mailles du filet ? Ou y a-t-il des enfants dont elles n'ont pas connaissance ?

Je pense que nous avons maintenant une meilleure connaissance du moment et de l'endroit où se trouvent les enfants qui ne sont pas vaccinés. Le défi est de continuer à réduire le nombre de personnes non vaccinées. Au Nigéria, nous avons réalisé beaucoup de progrès depuis que nous avons découvert plusieurs cas de polio dans l'État de Borno en 2016, deux ans après le dernier cas de polio connu dans le pays. Grâce à la cartographie GPS, nous savons maintenant où se trouvent les enfants et nous travaillons avec les autorités pour nous assurer que tous les enfants reçoivent le vaccin contre la polio.

6. Quels sont nos succès ?

Nous n'avons eu aucun cas de poliovirus sauvage dans le monde depuis près de cinq ans, sauf dans les trois pays d'endémie. Et au Nigéria, cela fait presque trois ans que nous n'avons pas eu de cas de poliovirus sauvage, et ceux-ci se sont déclarés dans une petite région du pays.

7. Quelle est la chose la plus importante que les Rotariens doivent savoir ?

J'ai été extrêmement impressionné par le dévouement et la persévérance des Rotariens en Afghanistan, au Nigeria et au Pakistan. Ils travaillent d'arrache-pied pour faire en sorte que la polio soit éradiquée. Le travail qu'ils réalisent est extraordinaire.

Les Rotariens doivent rester optimistes et continuer de soutenir l'éradication. Nous avons également besoin que les Rotariens attirent l'attention de leurs dirigeants gouvernementaux sur la nécessité d'un financement continu. Nous ne pouvons pas perdre de vue l'objectif.

 

Michael K. McGovern

Président de la commission PolioPlus internationale