Le développement du Rotary

Notre impact réel, ce sera notre développement. Pour l’évaluer ce sera le critère, l’unité d’œuvre.

Et notre développement ce n’est pas seulement notre recrutement, ni l’accroissement des effectifs...

La plupart des entreprises considèrent maintenant qu’il est beaucoup plus difficile de fidéliser les clients que d’en rechercher de nouveaux. Ce « Turn over » de la clientèle nous touche également.

Depuis 10 ans notre effectif est resté relativement constant alors que nous avons fait de gros efforts de recrutement, essentiellement d’ailleurs par la création de Clubs...

Une règle essentielle , est que quand les process mis en place ne donnent plus la totalité des résultats espérés, même en y investissant davantage, et bien il faut faire différemment et revoir ses modèles... Pour nous c’est un peu pareil, ce n’est pas en créant plus de clubs que l’on va se développer davantage, ce modèle ne suffit pour l’instant qu’à contenir les départs.

Donc Il faut travailler sur autre chose que le recrutement, ce qui ne veut pas dire qu’il faille le laisser tomber, mais voir les autres composantes de notre essor...

Or ces critères, il y en a plusieurs dont nous ne mesurons pas toujours la juste importance :

1/ Nos valeurs et nos offres vers de potentiels bénéficiaires nous rendent attractifs

Je m’explique, lorsque sur les réseaux sociaux des parents apprennent qu’il existe une structure, Le Rotary, sérieuse, qui offre aux stages à l’étranger des jeunes une sécurité et un encadrement de qualité, c’est attractif !!! Ce n’est qu’un exemple entre autres, qui nous permet de revoir notre façon d’être dans l’espace public.

2/ Deuxième point, Nous avons généré des besoins ou des démarches chez de nombreux bénéficiaires de nos actions, et nous les laissons à la porte !! Je pense aux bénéficiaires des RYLA, aux Students Exchange, et autres VTT , aux bénéficiaires de projets tutorés avec les Clubs, des Mini entreprises, nous n’avons pas de processus pour leur permettre de passer le cap en s’engageant un peu plus dans la voie du Rotary. Il manque ici ce que les entreprises appellent un livret Blanc et un « processus de conversion »

3/ Nous avons des candidats Rotariens déjà formés partiellement, et qui ne demandent qu’à venir, Ce sont les rotaractiens. Bien souvent nous considérons le Rotaract comme un ensemble de Clubs Partenaires, c’est ça, mais c’est aussi le devenir du Rotary, nous avons à leur égard un devoir de parrainage et de formation, mais nous avons aussi un devoir de réception, et pour cela nous devons leur préparer le terrain, leur faciliter l’insertion dans le rotary lorsqu’ils sont demandeurs à intégrer nos clubs..

Sur ces trois points, nous avons engagé des démarches, des procédures qui se mettent en place, La première avec la coordination site-réseaux sociaux que met en place la Commission Communication, la seconde avec la formation et la rédaction de livres blancs, entre autres, par la Commission Formation et le troisième avec la charte Rotary Rotaract proposée par la Commission Effectif et le Rotaract.

4/ Avec un 4 ème point, celui sur la fidélisation des jeunes membres !

Puisque ces nouveaux rotariens ont participé au livre blanc coordonné par la Commission Formation, d’une part, et surtout parce que si tous ces points sont discutés en Club au moins une fois par trimestre, Je vous fiche mon billet que la motivation des jeunes rotariens va se retrouver ragaillardie, car c’est bien de nous acteurs du développement du Rotary International qu’il s’agit, et non des clubs voisins de retraités ou autres boulistes de notre village, (qu’elle qu’en soit la qualité.).

Alors mes amis, après m’avoir lu, n’hésitez pas à programmer une réunion sur ces thèmes... Et si vous avez besoin d’intervenants, demandez nous, nous en trouverons bien une ou un !!!

 

Alain Fontes

Image Publique et Communication du District 1700

RC Lannemezan

 

Lettre du Gouverneur - Mars 2018

L'édito d'Alain Bétato : Le Rotary est fantastique !

Depuis le mois de septembre, 95 clubs m'ont reçu lors de la traditionnelle visite du Gouverneur, ce fut l’occasion de belles rencontres avec les Rotariennes et les Rotariens du District.

Ces visites m'ont permis d'écouter les membres de ces clubs, d’apprécier l'importance de leur implication, de mesurer l’impact des services rendus à la collectivité, avec enthousiasme et passion, par le biais de leurs actions...

Lire la suite...

Le dossier du mois : L’action professionnelle, un vecteur de transmission des compétences

Le 23 février dernier s'était l'anniversaire de la création du Rotary par Paul Harris, avocat, et trois amis Silvester Schiele, négociant en charbon, Gustave E. Loehr, ingénieur des mines, et Hiram E. Shorey, tailleur.

Il n'existe pas de compte-rendu de la première réunion mais on peut supposer que ces quatre personnes d'horizons professionnels différents avaient décidé d’échanger des idées autour de leurs professions dans un esprit d’amitié...

Lire la suite...

« L’ Andorre ....J’adore !! »

L'objet de la conférence de district est de motiver les membres à s’impliquer dans les actions du Rotary et ce à tous les échelons de l'organisation, du dirigeant le plus expérimenté au nouveau membre.

Cette année, Alain Bétato, Gouverneur du District 1700, a confié au Club d'Andorre l'organisation de la conférence et Francis Nidecker, responsable du Comité de rédaction de la Lettre du Gouverneur, nous présente cet évènement exceptionnel dans la vie de notre district...

Lire la suite...

LE ROTARY DOIT DONNER LES J'TONS AU CANCER

Fin janvier et début février 2018, pratiquement trente Clubs du District 1700 se sont mobilisés pour "flanquer les j'tons" au Cancer.

Marie José Caire du Club de Balma et responsable de l'action "Jetons le Cancer" sur le District 1700 nous rappelle l'historique et le concept de cette action créée par le Rotary...

Lire la suite...

Des jeunes montent leur boite dès 14 ans !

Les Rotariens du District 1700 se mettent au service des jeunes pour les aider à devenir entreprenants, responsables, créatifs, et audacieux… C'est sous l'impulsion d'Alain Tignol, gouverneur 2013-2014, que l'action professionnelle vers les Jeunes intitulée « Au coeur des métiers » avait pris forme. Puis Jean-Louis Poey, gouverneur 2014-2015, a souhaité orienter cette action vers le programme EPA et aujourd'hui, sous le gouvernorat d'Alain Bétato, ce sont 43 mini-entreprises, parrainées par plus 60 rotariens(nes), que l'on dénombre dans notre District.... Patrick Soubrier, responsable de la commission Mini-Entreprise du District 1700, nous dit tout sur le programme EPA (Entreprendre Pour Apprendre)...

Lire la suite...

« Autant en emporte le Rotaract »

Le 13 mars 1968 a vu la naissance du premier club Rotaract aux Etats Unis celui de l'Université de Caroline du nord, parrainé par le club Rotary de North Charlotte.

Le District 1700 compte 17 Clubs Rotaract qui font preuve d'une formidale vitalité dans toutes les actions qu'ils entreprennent... Francis Nidecker, responsable du Comité de rédaction de la Lettre du Gouverneur, nous parle de leurs actions....

Lire la suite...

C'est votre Rotary club ! Une nouvelle approche pour garder les membres !

Michael Bucca, président élu du Rotary club de l'Océan Central - Toms River - New Jersey - États-Unis, fait le constat, comme beaucoup d'autres dirigeants du Rotary : Pourquoi les membres partent-ils et comment pouvons nous les retenir ?

Il nous présente une initiative de son club intitulée : "Apporter votre projet (BYOP)"...

Lire la suite...

Connaissez-vous le Dr John Sever, l'un des "pères" du programme Polio Plus ?

Comment le Rotary est devenu le cœur, l'âme de l'éradication de la poliomyélite dans le monde et comment il s'est impliqué au tout début ?

Il se trouve que l'un des personnages principaux de l'histoire de l'éradication de la Polio est un ancien gouverneur du District 7620 et il s'appelle le Dr John Sever. Aujourd'hui âgé de 84 ans, il fait partie des pionniers de la première heure. Peut-être que certains le connaissent, ceux qui étaient déjà rotariens dans les années 80, mais pour les autres, voici un peu de son histoire....

Lire la suite...

Et si la Fondation n'avait pas existé ?

Et si lors de la Convention 1917, Arch Klumph, alors président sortant du R.I., n'avait pas suggéré cette idée géniale de créer une Fondation Rotary pour « faire le bien dans le monde » ; aurions-nous investi plus de 3 milliards de dollars dans des actions durables qui ont changé le quotidien de milliers et de milliers de personnes?  Serions-nous sur le point d'éradiquer la Polio une fois pour toutes? La réponse est NON! Mille fois NON!

Evelyne Renou, responsable Fondation du District 1700, nous rappelle la nécessité, pour les rotariens et les clubs, de faire un don annuel à la Fondation Rotary...

Lire la suite...

Le développement du Rotary

Après l’éradication de la polio, la croissance de l’effectif est la priorité du Rotary...Existe-t-il une recette pour redynamiser le Rotary, fidéliser les membres, développer les clubs,.. ?

Alain Fontes, Image Publique et Communication du District 1700, nous propose quelques pistes à mettre en place dans les clubs qui souhaitent apporter leur pierre au développement du Rotary...

Lire la suite...